La Meije et la haute montagne

Sommet emblématique du massif des Ecrins, la Meije, 3983 m, domine le village de La Grave. Son nom vient de Meidjo, c’est le pic de la mi-journée. Cet emplacement spectaculaire a valu au village de La Grave La Meije une place parmi les Plus Beaux Villages de France.

La Meije a été le dernier parmi les grands sommets des Alpes françaises à être gravi, après des années de tentatives échouées, dont quelques-unes signées par les plus grands alpinistes de l’époque. Le 16 août 1877, lors de leur deuxième tentative, le guide Pierre Gaspard de St. Christophe en Oisans et son fils, en compagnie de leur client Emmanuel Boileau de Castelnau, réussissent la montée par la face sud et l’arête finale jusqu’au grand pic. Dans le passage le plus lisse où maintes autres tentatives avaient échoué, ils ont enlevé leurs souliers trop rigides afin de profiter des prises offertes par les plus petites fissures dans la roche.

La Meije est une curiosité géologique où des roches vieilles de 320 millions d’années, vestiges de la chaine hercynienne, se trouvent au-dessus des roches formées environ 200 millions d’années plus tard.  Vers 150 millions d’années avant notre ère, les plaques européenne et africaine commencent à se rapprocher et l’océan alpin se referme petit à petit. Il y a environ 60 millions d’années la collision de ces deux plaques marque le début du plissement alpin qui se poursuit encore aujourd’hui. Le soulèvement des plus hautes montagnes des Alpes, dont le massif des Ecrins a lieu il y a 20 à 15 millions d’années. Le raccourcissement est alors tellement intense que dans certains endroits des grosses nappes rocheuses se détachent et sont poussées sur plusieurs kilomètres avant d’être déposées. Le sommet de la Meije est une telle nappe de charriage. Ces morceaux du vieux socle ont été posés sur les roches friables datant de l’époque de l’océan alpin, et ainsi ces roches dures et résistantes protègent les jeunes roches tendres se trouvant en dessous.

Le chevauchement de la Meije s’observe particulièrement bien à la chapelle de Ventelon ou de la gare intermédiaire du téléphérique des glaciers de la Meije.