Retour à la liste

Eglise de Saint-Arey

Saint Arey a été Evêque de Gap de 579 à 614. Issu d’une noble famille gallo-Romaine, il fut ordonné prêtre, puis devint évêque de Grenoble et continua son sacerdoce dans le Trièves, puis à Gap. L'existence de l'église est attestée au moins depuis 1096.

 

Plusieurs légendes ponctuent la vie de l'évêque Saint Arey. La plus célèbre est celle de l’ours :
Revenant de Rome en l’an 605, Arey passa le col du Montgenèvre pour se rendre à Gap en passant par Briançon. Dans les bois, son attelage se trouva face à un ours, qui fit fuir l’un des bœufs attelés. Arey ordonna alors à l’ours (ou fit un pacte selon les différentes versions) de prendre sous le joug la place du bœuf disparu. L’animal soumis se laissa harnacher, et, c’est ainsi accompagné d’un attelage des plus originaux que l’évêque arriva à Gap. L’ours fut libéré et partit se réfugier dans les bois voisins. La légende raconte qu’il ne ressortit que le jour de l’enterrement de l’évêque en 614.
L’église que nous connaissons aujourd’hui, quant à elle, a été construite en 1840. Sa première pierre bénite par l’évêque, fut posée le 11 mai de la même année.
Lorsque la consécration de l’église elle-même fut achevée, on plaça dans le tombeau du maître-autel, une boite en plomb scellée aux armes de l’Évêque, et contenant des reliques de plusieurs saints. Le maître-autel ne fut pas consacré. L’église ancienne avait été placée sous le vocable de Saint-Arey, et c’est le même saint qui est demeuré le patron de la nouvelle église.
Peu de temps après sa construction, en 1878, l’église a été visitée. Un texte, dont l’auteur est inconnu, raconte cette visite :
« L’église, isolée sur un rocher à plusieurs étages qui domine la Romanche, est à 982 mètres d’altitude ; elle a été reconstruite en 1841 ; elle a la forme d’une croix latine de style ogival. On a conservé le vieux clocher très régulièrement bâti, mais en style roman du XIe siècle. La sonnerie est très jolie, bien que les cloches n’aient pas un poids très considérable. Le portail de l’église est très remarquable ; il a été construit avec une espèce de porphyre à gros grains, pierre rare, trouvée dans le pays. L’intérieur de l’église est très simple, sans décors et sans vitraux ; l’autel est en marbre blanc et assez élégant. Quelques tableaux d’un certain mérite ornent le sanctuaire ; ils représentent Saint-Arey, patron de la paroisse, dans une entrevue avec Saint-Grégoire VII, pape. »

Informations issues de : http://freneydoisans.com/freneytique/
Sources : Associations Coutumes et traditions de l’Oisans / Freneytique — Fonds d’Archives numériques André Glaudas

 

Ouvertures :

Toute l'année, tous les jours.


38142 Le Freney-d'Oisans

 

Tél. : 04 76 80 04 59

La Marmotte

Le Bourg-d'Oisans

04 76 80 03 25

La Marmotte

La Marmotte est l’une des plus belles cyclosportives. Ce parcours long et très difficile (5016 m de D+) vous emmène entre Oisans et Savoie via les cols du Glandon et du Galibier pour finir par les 21 virages de la montée de l'Alpe d'Huez... Alors, prêt ?

En savoir +

Les hameaux de la Grave

Le Bourg-d'Oisans

04 76 80 03 25

Les hameaux de la Grave

Cet itinéraire sans difficultés majeures vous emmène à la découverte de La Grave et de ses hameaux authentiques. Sur cette petite route en balcon, le panorama est grandiose ! Vous serez aux premières loges pour contempler La Meije et ses glaciers.

En savoir +

Le Col du Galibier

Le Bourg-d'Oisans

04 76 80 03 25

Le Col du Galibier

Le plat de Bourg-d’Oisans offre une mise en jambes appréciable avant la redoutable ascension de ce géant des Alpes de 2646 m. Sans compter qu'il vous faudra déjà franchir le col du Lautaret avant d'atteindre le Galibier. Ambiance haute montagne assurée !

En savoir +